Le salon des Solutions
environnementales du Sud-Ouest

Les Actualités

Artisanat : l’incubateur le Nouvel Atelier mise sur l’économie circulaire

18/01/2024

Artisanat : l’incubateur le Nouvel Atelier mise sur l’économie circulaire

La 1ère promotion toulousaine a débuté son accompagnement le 1er décembre 2023 dans le tiers-lieu des Imaginations Fertiles à Toulouse. (©CMA31)

Lancé en décembre 2023 par la Chambre de métiers et de l’artisanat de la Haute-Garonne, le Nouvel Atelier est un incubateur spécialisé à destination de porteurs de projet de la région toulousaine qui souhaitent créer une entreprise dans le secteur de l’artisanat dans le domaine de l’économie circulaire.

« Réutiliser, recycler, reconditionner » versus « extraire, fabriquer, jeter ». Longtemps boudée au profit d’un modèle linéaire visant à produire en masse des biens et des services, l’économie circulaire a su s’imposer ces dernières années en France comme un levier majeur de la transition écologique.

En première ligne sur ce sujet, les entreprises se sont massivement engagées en faveur de ce modèle, plus vertueux et aussi source d’innovation. Elles sont en effet de plus en plus nombreuses à intégrer des pratiques et des process liés à ce système dans la manière de fonctionner et de se développer.

Mais trouver un modèle d’entreprise circulaire viable sur le plan financier reste encore aujourd’hui difficile pour certaines d’entre elles, notamment pour les TPE ou PME du secteur de l’artisanat, alors même que l’économie circulaire et plus largement le développement durable sont dans l’ADN des artisans.

Trouver un modèle économique viable

C’est justement pour sortir de ce paradoxe que la Chambre de métiers et de l’artisanat de la Haute-Garonne (CMA31) a décidé de lancer son premier incubateur. Baptisé le Nouvel Atelier, celui-ci vise à accompagner des porteurs de projets d’entreprises artisanales dont l’activité entre dans le champ de l’économie circulaire : éco-conception, réparation, réutilisation, réemploi, recyclage, économie de la fonctionnalité, dans le BTP, les services, les métiers de bouche et la production.

« Avec cet incubateur notre objectif est de renforcer les compétences entrepreneuriales des candidats, de les aider à définir le modèle économique de leur projet, à rechercher des financements, à intégrer un réseau d’acteurs », explique Fabrice Boury-Esnault, chargé de mission en transition écologique et en développement durable au sein de la CMA 31. Et de détailler :

L’accompagnement sera réalisé par des experts de la création d’entreprise, de l’économie circulaire et de la transition écologique, à l’aide d’ateliers collectifs une fois tous les 15 jours et aussi de rendez-vous individuels. Sans oublier les témoignages d’artisans qui ont réussi. »

Cinq premiers projets incubés

Et si le Nouvel Atelier se veut avant tout une rampe de lancement pour des néo-entrepreneurs, il a aussi vocation à accueillir des chefs d’entreprise qui viennent de lancer leur projet. « Depuis 2019, et sur décision gouvernementale, le stage de préparation à l’installation a été supprimé avec en parallèle la création du guichet unique pour créer son activité. Cette démarche simplifiée a véhiculé une fausse information selon laquelle c’était simple et facile de créer son entreprise. Que tout un chacun pouvait créer son activité, trouver sa clientèle, son marché sans réellement de préparation », indique avec gravité Véronique Vallée, directrice territoriale CMA31. Et de développer :

Voilà pourquoi aujourd’hui les entreprises sont beaucoup plus fragiles car il n’y a pas cette volonté au départ d’être accompagné, de se former ou de s’informer. Et résultat, de nombreux chefs d’entreprise se retrouvent au RSA pendant plusieurs années avant de déposer le bilan. L’incubateur est donc là pour éviter ces écueils et permettre aux porteurs de projet de partir sur de bonnes bases. »

La première promotion toulousaine a débuté son accompagnement le 1er décembre dernier dans les locaux des Imaginations Fertiles, un tiers-lieu phare de l’innovation sociale à Toulouse. Pour cette grande première, cinq projets ont été retenus :

  • Christopher Péron (Vite mon outil) : service de partage et de location d’outillages pour les entrepreneurs du BTP
  • Jean-Baptiste Lebreton (La Fabrique Vagabonde) : restauration de mobiliers anciens
  • Marjorie Légier (Croxyt) : fabrication de croquettes pour animaux à partir de biodéchets récupérés notamment auprès de cantines scolaires
  • Perrine Guégan (Banana&Colo) : création de sacs bananes en tissus upcyclés
  • Pierre Sicre et Nicolas Casalino (FEGO) : création d’un produit alimentaire (galettes végétales) à base de légumineuses et de céréales d’Occitanie

Accompagnement humain et financier

Le Nouvel Atelier va les accompagner pendant sept mois, jusqu’en juin 2024. A la clé pour ces porteurs de projet, un soutien financier dont le montant reste encore à définir. « Il sera relativement modeste », indique Fabrice Boury-Esnault qui annonce une enveloppe sous forme de subvention de plusieurs milliers d’euros qui doit « leur permettre d’aller frapper à la porte d’établissements bancaires et/ou d’investisseurs plus sereinement ».

Soutenue par de multiples partenaires dans la création de cet incubateur, dont la Région Occitanie, Toulouse Métropole ou encore l’ADEME, la CMA31 se servira d’un « fond de revitalisation » alimenté par Air France (30 000 € sur deux ans) pour subventionner les projets incubés.

Sur le long terme, « notre objectif est de créer un réseau à partir des entreprises qui auront été incubées sous forme de club ou d’association. L’idée étant de continuer à les accompagner au-delà de la période d’incubation, un moyen efficace de rompre l’isolement du chef d’entreprise », assure Fabrice Boury-Esnault qui invite les personnes intéressées à candidater pour intégrer la prochaine promotion qui sera incubée en décembre 2024.

Pour ce faire, rien de plus simple. « Les candidats sont invités à contacter la CMA31. Ces derniers seront amenés à remplir un dossier avant de passer un entretien pour s’assurer que le projet proposé répond bien aux critères de l’incubateur, à savoir : porter un projet artisanal en lien avec l’économie circulaire. »

gazette-du-midi

Annonce Publicitaire